Bon, en cliquant sur cet onglet, j’imagine que vous vous attendiez à trouver mon curriculum, rédigé comme celui d’un bon élève, avec plein de renseignements redondants et inutiles sur mon parcours. J’aurais pu vous dire où je suis né, dans quel lycée et à quelle faculté je suis allé, si je suis vacciné contre la polio ou le tétanos, si j’ai de longs cheveux blonds sur un corps de demi dieu grec…

Mais à quoi bon ?
Ces informations sont-elles pertinentes pour choisir un photographe ?
D’ailleurs, comment choisit-on un photographe ?

Si vous cherchez un grand génie de la photographie, j’ai peur que vous vous soyez un peu égarés (rires), si j’étais vous, je taperais dans la barre de recherche www.magnumphoto, là, je vous garantis que vous tomberez sur ce qui se fait de mieux en matière de photographie.

Un ami directeur artistique avait dit de moi que j’étais modeste et que « je ne me la racontais pas », c’est un drôle de compliment, mais c’est assez bien vu. J’aime bien aussi penser que je suis quelqu’un de « gentil »… Oups, là je vois vos yeux dévisser de l’écran et vous vous dites que je dois être sérieusement attardé pour oser dire un truc aussi énorme, mais je maintiens le cap, d’autant que pour moi, la gentillesse est vraiment une valeur en voie de disparition.

Quand vous passez votre temps à photographier des gens, à entrer dans leur quotidien, dans leurs vies, et à essayer de les raconter, je crois qu’il faut le faire avec bienveillance et subtilité.

J’ai beau être gentil, je suis aussi totalement psycho-rigide, notamment envers les gens qui font du bruit en mangeant ou ceux qui vont au cinéma pour lire leurs mails ou commenter les films !

Pour en finir avec ce Bla-bla commercial je vous dirai pêle-mêle que j’adore regarder les nuages (et en trouver avec des formes d’animaux), que je suis fan de Kubrick, Scorsese, Tarantino, Truffaut, John Irving (je sais, il n’est pas réalisateur), Raymond Depardon (de chez Magnum, je vous avais prévenu) Annie Leibovitz, Sonia Delaunay et Roy Lichtenstein, que j’adore manger dans de grands restaurants comme dans des gargotes les plus minables, que les voyages m’enchantent et surtout vers des destinations où l’on ne va pas en vacances, et comme je ne renie pas mes origines cubaines, j’adore plus que tout paresser avec des amis en buvant  du rhum avec un gros cigare.